LOGO-EV-WIX 5.gif

L'ART DU BIVOUAC EN 5 ASTUCES




DÉFINITION


Le bivouac consiste à installer une tente légère ou autre campement sommaire en plein air pour une seule nuit du coucher du soleil jusqu'au lever.


À ne pas confondre avec le camping sauvage qui consiste à s’arrêter au même endroit plusieurs jours et souvent à proximité de la civilisation (parking, bord de route, champs...).



1. AVOIR L'AUTORISATION


Renseignez-vous en amont sur la réglementation du lieu dans lequel vous vous trouvez. Vous trouverez beaucoup d'information sur Internet ! Même si le bivouac est souvent toléré, certains parcs nationaux/régionaux l'interdisent ou le règlementent. Prévoyez donc vos randonnées en fonction de ces réglementations afin d'éviter les mauvaises surprises à la tombée de la nuit.


En France, le camping sauvage est interdit sur la quasi totalité du territoire contrairement au bivouac qui est généralement toléré du coucher du soleil jusqu’au lever notamment dans certains Parcs Nationaux et Régionaux. Les feux sont généralement interdits partout.



2. LE BON TERRAIN


Pour passer une nuit confortable et en toute sécurité, il vous faudra trouver un terrain plat (sauf si vous souhaitez glisser dans votre sac de couchage toute la nuit) à l'abri du vent, avec un sol sec et une belle vue pour le plaisir de nos yeux ! Un accès à l'eau peut être aussi utile (pour boire, manger, se laver). Le mieux est donc d’avoir une rivière ou un lac à proximité mais ne vous y installez pas trop près (une centaine de mètres est idéal).


On évite donc :

- les points culminants qui sont dangereux en cas d'orage

- les cols ou crêtes où le vent souffle souvent trop fort

- les creux ou les lits de rivière asséchés où l'eau de pluie pourrait s'accumuler

- au pied de grandes falaises ou dans une zone d’éboulement, pour ne pas se prendre un “caillou” sur la tête pendant la nuit



3. L'INSTALLATION


L'idéal est d'installer son bivouac avant que la nuit ne tombe. On commence donc par poser la tente quelque part ou il n'y pas de cailloux ou de bouts de bois qui pourraient percer la toile.


Une fois la tente montée, on installe son tapis de sol et son sac de couchage. S'il y a du soleil on en profite pour faire sécher des affaires encore humides.



Je désigne un coin pour les latrines avec mes co-équipiers pour éviter les mauvaises surprises en marchant autour du campement. (On emporte le papier toilette usagé avec soi dans un sachet poubelle pour éviter de le laisser dans la nature !)



4. LE REPAS


En trek, on privilégie les aliments caloriques, secs et peu volumineux (par exemple les coquillettes, la semoule ou les lyophilisés). On évite ce qui ne tient pas dans le temps à température ambiante (le saucisson plutôt que le jambon par exemple). Personnellement, j'ai opté pour la nourriture lyophilisée, certes un peu chère (5/6€ le repas) mais qui remplit parfaitement les critères de légèreté et d'apport calorique.



L'utilisation du réchaud se fait absolument hors de la tente, pour éviter tout risque d’incendie voire même d’intoxication au CO2. S'il pleut, on peut cuisiner dans l’abside de la tente à condition d’avoir le haut du zip bien ouvert pour ventiler.


Ne laissez pas de nourriture dehors afin d’éviter la visite d’un renard chapardeur. Dans certains pays comme les USA, il faut suivre les consignes de sécurité en matière d’ours : la nourriture doit être loin du camp et placée dans des boîtes scellées.



5. LA NUIT


Si votre tente le permet, entreposez les sacs à dos dans l’abside et isolez-les de l’humidité. De même, rangez bien vos chaussures afin qu’elles ne prennent pas l’humidité (je les mets généralement dans un sachet plastique dans la tente).


Pendant la nuit, on garde la lampe frontale à proximité, ça peut toujours servir.


Au petit matin, n'hésitez pas à vous lever tôt pour assister à un joli lever de soleil !



PROFITEZ BIEN DE VOTRE BIVOUAC ! (en respectant la nature)